📉💣💥 UNE NOUVELLE BULLE EST SUR LE POINT D'EXPLOSER ? |👉 N'INVESTIS PAS AVANT DE VOIR CETTE VIDÉO


Comme tu le sais, sans investir, il est très peu probable, voire impossible que tu atteignes un jour la liberté financière.


Mais attention, il n’y a rien de pire que de placer son épargne lorsqu’une bulle est sur le point d'éclater.

Dans un tel cas de figure, tu pourrais perdre beaucoup d’argent ce qui t’affectera non seulement pécuniairement mais également psychologiquement. De plus, une bulle peut te faire perdre confiance en toi puisque tu auras l’impression qu’elle remet en question le plan d’investissement que tu avais mis en place.


C’est pourquoi dans cette vidéo nous allons voir comment détecter une bulle et donc un potentiel krach sur les marchés financiers, ce qui te permettra de voir s’il y en a une actuellement.


Par définition, une bulle financière est une hausse importante du prix d’un actif qui atteint un certain niveau, sur un marché donné et qui est excessif par rapport à la valeur intrinsèque de l'actif échangé.


Par exemple, le prix d’une action sur le marché boursier ou le prix d’une maison sur le marché immobilier.

Il faut donc bien comprendre qu’un actif a d’une part une valeur et d’autre part un prix. La valeur est déterminée par ses fondamentaux, ses caractéristiques propres et son prix est déterminé par l’offre et la demande.

Et comment fait-on pour connaître la valeur d’un actif ?


Et bien cela est assez compliqué, mais l’on dit en finance que la valeur d’un actif correspond à la somme actualisée des flux de revenus futurs que rapportera cet actif : c’est ce que l’on appelle la valeur fondamentale.


Je m’explique :


Supposons qu’une entreprise a réalisé un bénéfice de 3€ cette année et que, historiquement, ses bénéfices ont augmenté en moyenne de 5% tous les ans.


Pour connaître la valeur fondamentale de cette action, nous estimons que dans les années futures, l’entreprise devrait continuer à augmenter ses bénéfices d’environ 5%. En supposant que la rentabilité espérée sur le long terme est de 8%, nous prenons le bénéfice actuel, c’est-à-dire 3€ que nous divisons par le taux de rentabilité espéré de 8% auquel nous soustrayons le taux de croissance des bénéfices, c’est-à-dire 5%, ce qui nous donne une valeur de 100€.


La valeur fondamentale théorique de l’action est donc 100€.


Maintenant, imaginons que les actions de cette entreprise se négocient à 150€, puis continuent de monter à 200€, 300€ et ainsi de suite jusqu’à mille euros.

On peut clairement dire qu’il s’agit d’une bulle dans la mesure où il y a une décorrélation entre les flux futurs théoriques actualisés et la valeur présente.


C’est cette différence qui va faire que tôt ou tard, un krach va se produire afin qu’il y ait une correction sur les marchés et un rapprochement entre la valeur et le prix.


Il y a régulièrement des corrections sur le marché qui ont une ampleur plus ou moins importante, toutefois, le krach s’explique précisément par une très forte correction et donc des conséquences qui peuvent parfois être dramatiques.

Au niveau économique, il s’agit d’un processus relativement sain, dans la mesure où il permet de corriger des défaillances sur le marché.


Le seul problème, c’est qu’en règle générale, il est impossible de connaître la valeur d’un actif étant donné qu’il nous est impossible de connaître les flux futurs par avance. La valeur reste donc une donnée particulièrement subjective.


Si l’on prend l’exemple de Tesla, pour certains, il s’agit d’une bulle parce que l’entreprise n’avait jamais réussi à gagner de l’argent jusqu’en 2020, pour d’autres, ce n’est pas une bulle car dans le futur elle y parviendra et donc les cours boursiers sont tout simplement en train d’anticiper cela, raison pour laquelle le prix des actions exploserait.


Cela reste donc un thème controversé et nous t’invitons à consulter notre vidéo que nous avions réalisée sur ce sujet afin que tu puisses te faire ta propre opinion.


La bulle et donc le krach sont dévastateurs dans le sens où ils font perdre énormément d’argent à toutes celles et ceux qui avaient acheté l’actif lorsque son prix était trop élevé par rapport à sa valeur.

Comment peut-on donc savoir s'il y a une bulle sur un actif ?


Pour cela, il nous suffit d’utiliser une technique d’analyse en trois parties :



1° La première partie est relative à l’analyse graphique du prix d’un actif :

Les économistes Hyman Minsky et Jean-Paul Rodrigue ont identifié 4 phases classiques de la création d’une bulle illustrées par le graphique ci-dessus :


-La première phase est celle de la gestation. Ici, il s’agit du moment où les investisseurs avisés entrent sur le marché après avoir analysé une nouvelle entreprise, une nouvelle technologie qui promet de changer le monde. Cette phase est également marquée par une période de taux d’intérêts anormalement bas et du crédit facile. On est donc en plein décollage.


-La deuxième phase est marquée par la naissance de la bulle en tant que telle. Autrement dit, c’est le moment où les investisseurs institutionnels et les grands fonds d’investissements, ceux avec une bonne formation, placent leur argent.


-La phase suivante de la bulle, c’est l’euphorie, on est en plein boom. C’est le moment où l’enthousiasme et la participation du grand public va faire que les prix de l’actif vont exploser. Les médias en parlent et l’on assiste à ce que l’on appelle couramment le FOMO ou « Fear Of Missing Out », c’est-à-dire la peur de perdre une opportunité d’investissement, d’être exclu du groupe des personnes qui vont s’enrichir rapidement grâce à l’actif en question. Cette peur attire de nouveaux investisseurs et ainsi de suite tel un cercle vicieux faisant monter le prix des actifs en flèche. Avec la cupidité du grand public et le souhait de l’argent facile et rapide, il n’y a plus aucune précaution qui est prise. La plupart des investisseurs en herbe n’évaluent même pas l’actif ou l’entreprise dans laquelle ils placent leur argent et parfois ne comprennent même pas son fonctionnement. De toute manière, ils partent du principe qu’il y aura toujours un imbécile prêt à racheter au prix le plus haut.


-Ces différents comportements provoquent donc un passage à la quatrième et dernière phase qui est marquée par l’éclatement de la bulle. Il s’agit donc du moment où les investisseurs avertis commencent à prendre leurs bénéfices et revendant en masse. Comme tu peux le voir, il y a clairement une décorrélation entre le prix de l’actif dont nous parlions en début de vidéo et sa valeur intrinsèque.


Ça n’est donc plus qu’une question de mois, voire de jours avant que la panique prenne place.

Il s’agit ici du pire moment car il y a un décalage entre l’offre et la demande. C’est-à-dire que jusqu’à ce stade, lors des transactions journalières d’achat et de vente, la demande était supérieure à l’offre, tout allait pour le mieux ce qui faisait gonfler le prix de l’actif. Or ici, dans un premier temps il commence à y avoir plus de ventes que d’achats, le prix de l’actif baisse mais certains petits malins qui sont dans le dénis rachètent pour profiter de la légère baisse, on assiste à ce que l’on appelle un bear trap ou piège baissier, le prix remonte et ils pensent qu’ils sont de superbes investisseurs.


Puis, arrive le jour fatidique, avec un retour Ă  la raison : la capitulation.

Les investisseurs se rendent compte de leur erreur et que la valeur de leur actif est proche de 0 et qu’il s’agit d’une bulle. Le but ici est de revendre le plus rapidement possible ce qui entraîne des ventes en masse et donc une chute drastique du prix de l’actif parfois même en dessous de sa valeur jusqu’à ce qu’il retourne au mieux à son point de tendance, au pire à sa disparition suite à la faillite de l’entreprise par exemple.



2° La deuxième partie consiste à analyser le contexte économique. Une bulle est souvent due à la combinaison de 4 grands phénomènes :

-D'abord, l’un des points des plus important concerne la liquidité, c’est-à-dire l’accès au crédit facile qui est marqué notamment par l’abaissement des taux d’intérêts. Autrement dit, il s’agit d’un contexte où la facilité d’accès au crédit est élevée. En bref, l’économie est tirée en tout ou partie par l’argent facile qui est versé, il s’agit en quelque sorte du carburant des bulles financières.

C’était le cas par exemple de la crise des subprimes avec des taux d’intérêts bas qui avaient fait exploser le prix des biens immobiliers.


-Ensuite, pour que l’on puisse parler d’une bulle, l’on fait souvent référence à l’apparition d’une nouvelle technologie révolutionnaire qui promet un nouveau paradigme pour l'humanité, un nouveau business model, un changement dans la pratique financière traditionnelle.

Il faut savoir qu’en règle générale, lorsqu’une nouvelle technologie est érigée, il faut attendre un long moment avant que celle-ci ne soit rentable, qu’elle rapporte des bénéfices où que l’on puisse percevoir son potentiel réel.


Je m’explique, si l’on se focalise sur la bulle technologique de la fin des années 90 et début des années 2000, on se rend compte que tout le monde se précipitait à acheter des actions d’entreprises « dot-com » car internet allait révolutionner nos conduites. Cela s’est avéré vrai aujourd’hui, mais à l’époque, le prix des actions de telles entreprises n’avait aucun sens par rapport à la valeur qu’internet apportait. Ainsi, il a fallu plusieurs années pour que la bulle finisse par éclater. Aujourd’hui donc, la valorisation d’entreprises comme Amazon, Apple ou encore Google, semblent bien plus raisonnable qu’à l’époque, car elles sont de véritable machine à cash.


De la même manière, la technologie de la blockchain est révolutionnaire et tout le monde s’est précipité sur le Bitcoin qui est sans aucun doute la représentation type de cette technologie, faisant exploser son prix à la hausse pour chuter à partir de décembre 2017. Aujourd’hui son prix à dépasser celui d’antan et peut-être qu’il s’agit d’une nouvelle bulle ou pas, toujours est-il qu’aujourd’hui, le Bitcoin commence à être de plus en plus accepté et il semble que sa valorisation soit plus raisonnable qu’à l’époque.


-Le troisième point particulièrement important, c’est l’amnésie des investisseurs. Pour qu’une bulle financière se forme, il faut qu’un certain moment s’écoule depuis la dernière. Par exemple, la dernière grosse bulle financière s’est produite en 2008, c’est-à-dire, il y a un petit peu plus de 12 ans. Ainsi, au fur et à mesure que les anciens investisseurs, ceux qui ont vécu la crise s’en vont et arrivent les nouveaux investisseurs, ceux qui n’ont jamais connus de krach et n’ont connu que des marchés haussiers, plein d’optimisme où tout monte, pensant que le marché ne pourra jamais chuter, il s’agira précisément du moment où les nouvelles bulles vont se former.


-Finalement, le dernier point très important également, c’est une confiance généralisée dans les fondamentaux économiques et tout à coup, des experts investisseurs du dimanche nous expliquent que les méthodes traditionnelles d’évaluations des actifs ne valent plus rien, qu’elles ne sont plus adaptées.

En réalité, elles le sont toujours, c’est simplement qu’elles vont à l’encontre de ce que pense le troupeau, elles contredisent tous les arguments de ceux qui alimentent la bulle car ils sont persuadés qu’ils ont raison et justement, ce comportement nous permet de passer à la troisième partie nous permettant de justifier l’existence d’une bulle.



3° La dernière partie est relative à l’analyse socio-économique. Autrement dit, il te faut observer ton environnement selon 4 points :

-Le premier point est appelé la phase du cireur de chaussures. Elle fait référence à John Rockefeller, le plus célèbre milliardaire de l’histoire américaine dont nous avions parlé dans une vidéo précédente et qui avait coutume de dire qu’il avait vendu toutes ses actions juste avant la crise de 1929 lorsque même les cireurs de chaussures de New York avaient leur avis sur la question.

Autrement dit, cette métaphore fait référence au fait que lorsque du jour au lendemain tout le monde devient expert, tous commencent à parler d’un actif à la mode, d’une manière de s’enrichir rapidement alors que jusqu’à maintenant, leur argent dormait dans un Livret A et qu’ils n’ont aucune expérience, il y a du souci à se faire.


-Le deuxième point, c’est le moment où si tu ne fais pas partie du statu quo, que tu ne partages pas le même point de vue que les autres, c’est nécessairement que tu n’y comprends rien. Cela est assez récurrent avec le pro-Bitcoin ou les pro-Tesla.

Attention, nous ne sommes pas en train de dire qu’il y a une bulle sur le Bitcoin ou sur Tesla, quoique, … Mais bien souvent, il n’est pas possible de discuter et remettre en question objectivement les fondamentaux de ce genre d’actifs. Par exemple, dans notre vidéo sur Tesla, dans laquelle nous cherchions à donner 3 avantages et 3 inconvénients de la manière la plus objective possible, nous avons carrément reçu des insultes en nous disant par la même occasion que nous ne comprenions rien. Donc on peut dire que le deuxième point c’est l’émergence de personnes qui refusent de voir la réalité et dénigrent toute opposition constructive.


-Le point numéro 3, c’est lorsque certaines personnes commencent à en venir à quitter leur job ou stopper leurs études par appât du gain et motivés par l’argent rapide. C’est notamment le cas avec les systèmes pyramidaux de trading du type « la question est vite répondue ». L’argent facilement gagné cache souvent des pièges qui peuvent juste te ruiner sur le long terme.


-Finalement, le quatrième point, c’est lorsqu’il y a des prédictions extrêmes sans fondement réelle sur certaines classes d’actifs. Par exemple, un tel actif pourrait se multiplier par 100 dans les mois ou années à venir.

POUR EN SAVOIR PLUS, NOUS T'INVITONS À CONSULTER NOTRE VIDÉO


Et surtout, rappelle-toi que la différence entre ce que tu es et ce que tu veux être réside dans ce que tu fais, deviens Libre&Riche !



Publications récentes